News

Zones de Mouillages Equipements Légers 2019

By on 20 mars 2019

ALERTE sur une CATASTROPHE à VENIR

La Mairie de Villefranche a perdu le Nord

 

La lecture du Compte Rendu de la décision du CONSEIL MUNICIPAL du 27 Février 2019 (Cf. article Nice Matin ci -dessous), nous a littéralement sidérés.

Nice Matin du 1er mars 2019

Le comble c’est que l’opposition municipale n’a pas seulement voté « pour », mais en plus applaudit !!

Nous avons voulu en savoir plus en demandant des précisions à Mr le Maire, mais il n’a pas voulu nous répondre.

Nous nous voyons dans l’obligation de ce fait de LUI demande des explications publiquement.

 

 

Nous voulons savoir :

  • Pourquoi la Mairie a dépensé de l’argent inutilement en prenant un bureau d’étude alors que toutes les « études » avaient déjà été réalisées par les projets de ZMEL précédents ?
  • Pourquoi la Mairie est allée chercher un bureau d’étude à 350 km de Villefranche et qui plus est, qui n’avait jamais instruit ce genre de projet auparavant ?
  • Pourquoi avoir choisi ce bureau d’étude alors que tout le monde sait comment  fonctionnent ces multinationales (nous rediffuserons une vidéo d’investigation diffusée par « CASH INVESTIGATION» démontrant les « us et coutumes » lors des appels d’offre).
  • Pourquoi la Mairie, qui est très endettée, a choisi la solution 7 fois plus chère (qualité/prix) que celle que nous lui proposions ? (voir projet A.A.R.V. ci-dessous)

Dans le même sens :

  • Pourquoi une Mairie d’une ville comme Villefranche, ayant un énorme potentiel, n’est-elle pas capable de financer elleseule un projet qui pourrait (et ne « devrait ») pas dépasser les 100.000 € ?
  • Pourquoi toujours demander assistance et dépendre des autres ? Dans ce sens nous constatons que le Conseil Départemental est appelé à participer à la subvention…, mais pas la Métropole (?) bizarre !
  • Comment se fait-il que le Conseil Municipal vote une « demande de subvention » pour un projet dont le montant est de 399.999,60 € (un prix au centime près, digne d’une tête de gondole de supermarché) … alors que les appels d’offre n’ont pas été encore lancés ! ???
  • Pourquoi la Mairie a-t-elle choisi une procédure lourde avec les frais, la lenteur administrative et le risque de refus suite à l’enquête publique… alors que Mr le Maire avait proclamé que toutes les instances – y compris la Préfecture – avaient approuvé le principe de ces ZMEL ?

MAIS AUSSI :

  • Comment se fait-il que Mr le Maire, qui a toujours prétendu collaborer avec les Associations pour ce projet – et cela jusqu’à tout récemment (en particulier avec l’AARV et son Président) – ait choisi unilatéralement une option dangereuse pour les biens et les personnes, ainsi que pour l’écologie et de plus très onéreuse ?
  • Pourquoi avoir demandé notre aide au cours des réunions, demandé de présenter des projets complets… alors que depuis le premier jour il savait qu’il allait prendre une autre voie ?

En clair « Pourquoi nous avoir enfumés pendant plus d’1 an ?? »

MAIS PIRE ENCORE :

<Nous venons d’apprendre … que le Maire « vient d’apprendre » que le nettoyage des fonds de Rochambeau va commencer … le 1er AVRIL (2019) !!

Il faudrait donc que les bateaux s’en aillent précipitamment, sur le champ ! Mais pour aller où ? Le moment est très mal choisi car les ports doivent libérer 25% de places pour le passage en saison, c’est d’ailleurs pour cela que les travaux ont toujours été prévus en hors saison pour ce projet.

*Ces bateaux (sauf ceux des propriétaires irresponsables) ne peuvent pas mouiller ailleurs dans la Rade au risque de perdre leur bien.

*De plus, ils risquent de rester très longtemps en danger, le Préfet risque de refuser le Projet suite à l’enquête publique car nous présenterons notre projet 10 fois plus sûr et beaucoup moins cher.

Dans ce sens nous rappelons que Mr le Maire a martelé à maintes reprises et qui plus est par écrit que :

  • le nettoyage de Rochambeau ne débutera que quand le projet sera entièrement ficelé et accepté par Mr le Préfet.
  • Les bateaux mouillés à Rochambeau quitteront la zone provisoirement lorsque les travaux commenceront, les travaux d’ancrages suivront, et les bateaux reviendront sur les bouées.
  • La Mairie sera gestionnaire et distribuera les places, priorité sera donnée aux membres des Associations qui ont déposé des demandes d’AOT à la Préfecture depuis longtemps.

Voyant que Mr le Maire avait changé apparemment d’avis et soucieux de ne pas perdre notre bien, nous lui avons fait savoir que nous ne bougerons pas s’il ne respecte pas sa parole (le timing).

La réaction a été immédiate :

<La DTM (ex Affaires Maritimes) a ressorti des placards des dossiers anciens et contradictoires (nous serions  en « mouillage interdit » d’un côté; mais de l’autre nous n’aurions pas « renouvelé  notre  autorisation » ! ou encore    à «  payer le retard  de l’A .O.T.  des années précédentes » !! Situation totalement aberrante, on marche sur la tête.

C’est n’importe quoi, le Tribunal Administratif va avoir du travail … et les ZMEL vont être retardées !!

Cette levée de boucliers soudaine laisse à penser que, non seulement le Maire nous a tous roulés dans la farine, mais de plus qu’il a appelé en renfort la DTM. A moins que la Mairie n’ait perdu son droit sur la bande des 300 m, qui appartient pourtant à la commune (?). Ce serait grave.

Peut-être bien que le Conseil départemental, ayant déjà obtenu  la concession du port au nez et à la barbe de la Métropole, aimerait bien « élargir » son espace ? Il faut reconnaître que pour 33.333,00€ de subvention, ce serait une bonne affaire. Nous avons d’autres raisons de penser que Mr le Maire cherche par tous les moyens à nous faire taire (webcams  refusées….), nous le ferons savoir.

NOTRE AVIS :

  • Une garde partie de nos suppositions sont détaillées ci-dessous
  • Nous pensons que nous ne sommes pas les seuls à nous être faits avoir. Nous sommes persuadés que le Maire au début était sincère et voulait vraiment collaborer.
  • Il a fait un choix contre toute logique et il faut qu’il s’en explique.

Ce que nous craignons c’est que les choses ayant été trop loin, le Maire, qui s’est rendu compte dans quel traquenard il s’est mis, ne puisse pas faire un retour arrière.

  • Nous craignons aussi que le Conseil Départemental (qui est déjà gestionnaire du Port), la Direction du Territoire et de la Mer (DTM), aient pris le dessus sur la commune pour faire un port offshore avec des tarifs de bouées à 50% de celles du port (sans les mêmes services) et donc que l’argent parte ailleurs. Un « SIVOM » bis que nous craignions depuis le début.

POUR MIEUX COMPRENDRE :

Tout était au beau fixe jusqu’au mois dernier. En effet, nous pensions collaborer étroitement depuis plus d’1 an avec la Mairie afin d’apporter nos connaissances (fruit de près de 2 dizaines d’années de pratique du mouillage dans la Rade) sur ce Projet qui nous tenait tant à cœur.

Mr le Maire a toujours souligné dans ses déclarations l’importance de cette collaboration avec les 2 Associations A.A.R.V. et Rêve d’O.

C’est vrai que cela n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, surtout quand dès le début nous nous sommes aperçus lors de réunions que les responsables de la Mairie en charge du dossier avaient pris contact avec un bureau d’étude international situé à 350 km de Villefranche pour instruire un dossier qui a déjà été étudié à maintes reprises sur tous les points (écologie, fonds marins, archéologie…).

Nous avons fait part au Maire de la carence des représentants de la Mairie sur le sujet des mouillages et du danger de laisser faire un bureau d’étude qui n’avait jamais fait ce genre de projet jusqu’à présent.et donc l’intérêt de prendre en compte les personnes qui avaient un vécu sur le terrain.

Sur ce point Mr le Maire nous a toujours rassurés (c’est moi le boss, c’est moi qui décide, qui gère. Faîtes-moi confiance, nous allons travailler ensemble, vous apporterez votre compétence technique …).

Il nous a même demandé de lui présenter un projet complet pour le mettre en concurrence avec celui du bureau d’étude. Il avait juste 2 impératifs à respecter : le plafond de 160.000 € à ne pas dépasser et la rapidité.

*Etant donné que le budget de la commune pour ces ZMEL était prévu pour un montant maximum de 160.000 € d’une part, et que par ailleurs nous voulions tous faire vite, il fallait que le prix de revient soit en dessous du plafond des 160.000 € pour le budget de la commune, car c’est elle qui va financer et aussi pour que ce ne soit pas une procédure lourde (enquête publique, études inutiles …).

A l’AARV, nous avons produit plusieurs projets, des plans et des études au gré des changements successifs voulus (on ne sait pas par qui d’ailleurs !). Le dernier projet que nous avons donné au Maire est détaillé ci-dessous, il est complet : fourniture spécifique à la zone et fabriquée spécialement, plus main d’œuvre, le tout en dessous des 100.000 €  pour les mêmes 2 ZMEL.

Nous sommes loin de la somme de 399.999,60 € (comment d’ailleurs annoncer un montant au centime près alors que les Appels d’Offre n’ont pas encore été lancés??!!). Comprenez que cela puisse nous interpeller, cherchez l’erreur !

Bien sûr tout n’a pas été clair, nous ne voyions pas le projet avancer, toujours 1 ou 2 vagues rectangles sur la carte de la Rade à chaque réunion, et nous avons dû sonner la corne de brume à plusieurs reprises, sans jamais sortir vraiment du brouillard.

A chaque fois le Maire nous rassurait « pas de problème, ça avance, tout va bien, tout le monde est d’accord… ».

En fait c’était un écran de fumée pour nous bâillonner et gagner du temps.

LA VÉRITÉ :

Nous pensons que Mr le Maire n’a jamais vraiment eu la maîtrise de ce projet.

Son rôle n’aura été que de nous rassurer pour qu’on ne fasse pas obstruction à ce qui avait été décidé depuis le début : la main mise complète du bureau d’étude, dans l’opacité totale la plus complète qui soit, car à ce jour nous pensons que personne ne sait quoi que ce soit à la Mairie sur ce projet au vu des 2 rectangles présentés à toutes les réunions, et encore tout récemment. Le Maire n’a jamais eu les clés du camion ni été le Maître des horloges dans cette affaire.

La raison en est simple, à notre avis :

Etant donné que ce qui lui tient le plus à cœur depuis son élection est la Thalassothérapie (pour le pompage et autres, il a besoin du CNRS), il est rentré dans le « système » en avalant son chapeau.

  • Nous sommes bien sûr, comme les Villefranchois « pour » la Thalasso*
  • Nous pourrions comprendre à la limite que l’argent public soit «  un peu » gaspillé pour cette cause ….Mais pas au point de dépenser en qualité/prix 7 fois ce qu’il aurait fallu, et qui plus est en organisant la mise en péril des biens et des personnes ! Cela fait beaucoup !

Mais où est l’intérêt général ?

Là où nous ne sommes PAS DU TOUT d’accord c’est sur les points suivants :

  • *Pourquoi avoir choisi une procédure lourde, coûteuse et très longue, alors qu’en se basant sur notre projet ces ZMEL auraient été en place depuis 1 an, financées entièrement par la commune (qui avait prévu le budget dès 2018)… et auraient surtout été des ZMEL sûres et écologiques, contrairement à ce qui va se passer.

Parce que les épaves dans la Rade c’est loin d’être fini, il y en aura encore plus et celles au fond actuellement vont y rester, nous expliquerons aussi pourquoi.

  • Pourquoi avoir choisi un bureau d’étude alors qu’avec l’ex-projet du SIVOM, toutes les études administratives avaient été faites et que la Rade de Villefranche est celle qui est la mieux connue, au point de vue scientifique, de toute la France ?
  • Pourquoi aller chercher un bureau d’étude à Montpellier ?
  • Pourquoi avoir choisi ce bureau d’étude alors que tout le monde sait comment fonctionnent ces multinationales ?

Mais le pire est à venir :

Le pire n’est pas l’argent.  Le pire c’est ce qui va se passer maintenant

<On nous parle de 150.000 € alloués pour le nettoyage. Cette subvention était déjà actée… depuis Octobre 2018 ! Elle avait été attribuée  pour le nettoyage de Rochambeau, car en Octobre 2018 il n’était question que de faire une seule ZMEL (à Rochambeau, donc) en attendant de trouver le budget énorme pour enlever le cimetière marin qui gît au fond des Marinières sur toute la largeur.

Il faut préciser que ces épaves s’accumulent car, bien que les associations sur place avertissent en amont la Mairie et la DTM en donnant les noms et coordonnées des propriétaires des bateaux abandonnés qui risquent ou sont déjà au fond, …ces bateaux encore sur l’eau, ou au fond sont toujours là !!!

<Il va y avoir 45 bateaux sur bouée à l’ANNÉE comme dans un port. La différence est que nous ne sommes pas dans un port, l’amarrage des bateaux et la responsabilité n’est pas la même. Pour compenser il faut un dispositif qui ait fait ses preuves en ce qui concerne la sécurité.

OR

Etant donné que depuis le début nous pensons connaître l’heureux élu qui gagnera les appels d’Offre et la marchandise qui sera mise en place…  nous pouvons annoncer que ceux qui auront la « chance » d‘avoir une bouée, devront être constamment à l’affût de la météo (à partir de force 5 soit moins de 30 km/h il faudra qu’ils enlèvent leurs bateaux). Mais ce n’est pas tout, même à ce vent (récurent dans la Rade), le système qui sera fait n’est pas fiable, nous avons un tas d’exemple de catastrophes avec ce type d’ancrage. Et le comble c’est que ce procédé n’est pas spécialement écologique !!, nous en faisons la démonstration dans notre projet (ci-dessous).

Nous avons donné depuis le début (dès que nous avons connu le nom du bureau d’étude !) le nom du futur gagnant des appels d’offre à Mr le Maire avec le matériel qui sera placé. Pour être honnête nous devons préciser que celui-ci a été plutôt interloqué, mais il le sera davantage quand il va voir que c’était vrai et qu’il s’est fait avoir.

ENFIN quid de l’énorme nettoyage aux Marinières ? On l’a oublié ?

Un reportage de Nice Matin faisait état d’une soixantaine d’épaves au fond des Marinières en face de la plage … c’était il y a 3 ans. Nous n’osons imaginer combien sont au fond à ce jour !!

Comme la ZMEL des Marinières sera constituée de 30 énormes blocs de béton, on va ajouter des stèles dans le cimetière ! Sans compter qu’après il sera impossible d’enlever les épaves

Mais ce n’est pas fini, vous allez voir les incongruités et les dépenses à venir avec ce Projet

AFFAIRE à SUIVRE… en espérant que la raison l’emporte enfin.

 

 

PROJET ZMEL AARV 2019

TAGS
RELATED POSTS
leo quis sem, et, suscipit mi, leo. adipiscing ut ut id ipsum