Environnement

LE RENFLOUAGE DU YACHT << SUNNY DAY >> BELLE OPERATION OU SCANDALE ?

By on 1 mars 2016

 

 

Belle opération… Il faut saluer le Conseil Départemental et en particulier Mr Ciotti qui répond toujours présent lorsqu’on le sollicite  pour l’environnement ou une action pour l’écologie
Par contre, nous voudrions  mettre un bémol sur cette action qui a coûté 70.000 euros
1ère question: Est ce que ces bateaux n’ont  pas une assurance qui aurait pu financer l’opération ?

Il faut savoir que même en RC les assurances ont l’obligation de renflouer une épave, même si elle n’est pas située dans un port ou dans le chenal d’accès au port
Pour cela, il faut une mise en demeure de la Préfecture Maritime (la DDTM 06), peu de personnes le savent.

Paradoxalement, il faudra insister auprès de la DDTM 06 pour qu’elle délivre cette injonction de sortir l’épave car certains agents la composant sont plus prompts à harceler notre association que de s’occuper des épaves qui polluent, nous en avons fait l’expérience
De plus, il y a peu de suivi à ces mises en demeure, les propriétaires de bateaux ne sont pas vraiment inquiétés
Enfin le « principal » de l’épave du Sunny day est peut être enlevé, mais au vu des côtes de Villefranche constellées de morceaux de toutes sortes, (voir photos jointes?))suite à cette opération, nous serions curieux de voir ce qui reste au fond, pauvres posidonies !
Questions :
*Est ce que le remède n’est pas pire que le mal ?
*Est ce qu’il ne vaut pas mieux prévenir que guérir ?
*Est ce que quelqu’un s’est préoccupé de la manière dont s’est déroulée cette opération « techniquement » ?
*Est ce qu’on n’aurait pas pu employer une autre méthode moins polluante  pour renflouer ce yacht ?(voir photos jointes ?)
Toutes les réponses à ces questions l’AARV les a  déjà données depuis longtemps et  est prête à les développer à qui le souhaite
On ne peut pas jouer aux apprentis sorciers avec un milieu qui n’est pas familier à tous
Malheureusement certains pensent toujours qu’ils ont la science infuse et qu’ils n’ont pas besoin de conseils

Nous avons l’impression de jouer aux  « shadocks », on  pompe  toujours au lieu de colmater les brèches
En effet :
On ne compte plus les épaves et bateaux laissés à l’abandon  qui s’accumulent dans la Rade de Villefranche, le phénomène a pris une ampleur inquiétante ces dernières années, il y a une raison à cela :
Dans les autres départements de France,  le phénomène est très peu  présent car les Préfectures Maritimes ont fait ce qu’il fallait pour anticiper la génération  des bateaux en fin de vie (années 70/80) d’une part et le manque de places dans les ports d’autre part
Seule la Direction  du Territoire et de la Mer des A.M.  (DDTM06) n’a pas anticipé
<Pour le manque de places dans les ports, la solution dans les autres départements a été les ports à sec
<Pour le problème des mouillages forains (dus en particulier à l’obligation des ports de devoir libérer 25 % de places pour le « passage ») seule la DDTM06 (les Affaires Maritimes en fait) n’a pas compris
Dans le Var ou les bateaux sont encore plus nombreux que dans les A.M. il y a des années que la solution a été trouvée
Toutes les études commandées par la Préfecture Maritime du Var aboutissent à la même conclusion
Cette solution la voici, c’est pourtant simple, cela fait 13 ans que l’AARV la préconise, cela fait 8 ans que le département du Var l’applique   :
1) Dans un premier temps répertorier les bateaux en  mouillage forain en leur délivrant une Autorisation « Temporaire » (A.O.T ) sous condition de signer une charte avec assurance obligatoire entre autres, cela permettrait de faire un premier tri
Dans ce sens, ces mêmes études sur la question, préconisent vivement le regroupement en association, ce qui permettrait un contrôle plus facile et créerait une « auto police »  (on ne peut pas mettre un gendarme derrière chaque bateau,  c’est l’intérêt des associations de faire respecter l’environnement )
2) Dans un deuxième temps faire des zones de mouillages organisées (ZMEL)

Que fait la DDTM06 ?
Exactement le contraire !!!
< La DDTM06 (dont le rôle, il faut le rappeler, se  limite à «donner son avis»), fait systématiquement obstruction  à la délivrance des ces A.OT voulue par tous et surtout par la commune de Villefranche qui est la première concernée suite à la décentralisation
<Depuis Mars 1997 on nous sort la même ritournelle « on » va faire des ZMEL   …  20 ans après on attend toujours !
En fait, il est clair que les services de la DDTM06 sont incapables de réaliser un tel projet, nous l’avons vu avec celui du SIVOM qui a coûté aux contribuables 90.000 euros… (simplement pour les études), et qui a fini très justement à la poubelle car fait unilatéralement par des personnes n’ayant qu’une connaissance lointaine des problèmes de la RADE et des mouillages
La DDTM06, au lieu de suivre les recommandations de toutes les études commandées par la Préfecture Maritime, qui  préconisent le regroupement en association, fait le contraire :
*Harcèlement (P.V. contrôles incessants …) de notre association afin de tout faire pour essayer de la dissoudre, alors que tous les membres ont signé  une charte de bonne conduite,  les bateaux sont répertoriés, entretenus, assurés, et les propriétaires connus
*Pendant ce temps le reste de la Rade (les Marinières en particulier) se remplit de bateaux plus ou moins abandonnés dont les propriétaires prennent le soin d’enlever le nom pour éviter qu’on les identifie
Dès le premier Avril, les bateaux n’ayant pas de place à l’année dans les ports vont affluer dans la Rade en jetant des corps morts et des centaines de mètres de chaînes au fond
Ces bateaux viennent même des départements voisins !

Voilà le résultat de la politique menée depuis ces dernières années par la DDTM06

Qu’attend on pour arrêter l’hémorragie ?
Qu’attend on pour que des solutions pérennes voient le jour ?
Qu’attend-on pour simplement appliquer les solutions qui fonctionnent ailleurs au lieu de s’entêter dans le statu quo ?

Cette lettre ouverte n’a qu’un but : C’est de faire réagir les responsables

Dans un prochain article, nous expliquerons ce qu’il aurait fallu faire, techniquement ( et surtout ce qu’il faudrait faire à l’avenir) pour éviter de tels désastres écologiques.

ARTICLE N.M. AARV

EPAVES D2BRIS2

EPAVES DEBRIS1

IMG_20160219_174815

 

TAGS
RELATED POSTS
leo ante. Aliquam pulvinar suscipit porta. sed