News

Projet ZMEL 2018: LES PROPOSITIONS de l’AARV

By on 14 mars 2018

ENFIN TOUT LE MONDE EST D’ACCORD !!!!

 

Nous remercions Monsieur le Maire qui a su faire preuve de diplomatie (mais aussi de fermeté) pour que l’on voit le bout du tunnel. L’enjeu des ZMEL que tout le monde attend depuis des dizaines d’années doit être au-dessus des querelles personnelles. Nos associations vont collaborer pleinement afin que les erreurs passées (projet du SIVOM…) ne se reproduisent plus.

Monsieur le Maire fait confiance aux Associations qui ont un long vécu dans le mouillage en Rade en ce qui concerne la technique à adopter. Nous pensons être les mieux placés pour  savoir  comment doivent être faîtes les futures zones de mouillages organisés, aussi bien en surface par tous les temps que dans la tenue des fonds marins. Nous précisons que contrairement aux autres structures de ce genre où les bateaux doivent enlever les tauds de soleil dès force 3… et quitter la bouée dès force 5, les bateaux ne bougeront pas quelle que soit la météo.

Par ailleurs les bateaux stationnent TOUTE l’année ce qui est une PREMIÈRE dans le département et pratiquement dans toute la Méditerranée. Ils devront répondre de ce fait à des critères de sécurité bien précis, afin que cessent les échouages. Nous savons très bien que la plupart des plaisanciers ne sont pas des marins chevronnés, dans ce sens :

Nous voudrions que pour les bateaux de passage ce soient de vrais « vacances nautiques »… toute l’année ; qu’ils puissent laisser leur bateau en toute tranquillité pour aller visiter notre belle ville et ses environs à la joie des commerçants ; nous voudrions que ceux  qui veulent venir dans la Rade puissent être sûrs de trouver une place sécurisée en réservant à l’avance via un logiciel spécifique. Beaucoup de plaisanciers de passage ont cessé de sortir ou aller au restaurant ne voulant pas laisser le bateau sur ancre à la merci des abordages. Beaucoup de plaisanciers ne restent qu’une nuit devant l’anarchie dans la Rade, d’autres n’y reviennent plus ayant perdu leur mouillage emmêlé avec d’autres.

L’expérience de nos 2 Associations sera très utile au bureau d’étude en charge du dossier, nous collaborerons (à condition toutefois que ce bureau comme les précédents ne veuille pas jouer aux apprentis sorciers, nous tenons à nos bateaux). Nous nous demandons d’ailleurs pourquoi avoir choisi un bureau d’étude à 350 km de la Rade, pas simple pour les contacts et les échanges et pas le plus économique non plus avec les déplacements

Compte tenu de cela, nous allons nous employer à soulager ce bureau d’étude pour tout ce qui concerne la partie technique, secteur dont ce n’est pas leur spécialité. Nous allons développer nos idées afin que chacun puisse donner son avis sur des points précis. Notre but est de mettre sur la table un projet technique complet mais à géométrie variable afin que l’on puisse débattre dessus.

Les données du problème :

  • Le premier point à notre avis est la difficulté de mettre en œuvre la zone du Palais de la Marine rapidement. En effet chacun sait que les fonds de la zone des Marinières sont jonchés d’épaves et débris de toutes sortes, il faudra plusieurs années et beaucoup d’argent pour les nettoyer, il faut être réaliste. Si on veut mener les 2 zones en même temps … aucune ne verra le jour. Nous pensons que si on veut qu’une ZMEL soit en place pour le début 2019 il faut se focaliser sur la zone de Rochambeau uniquement. Par ailleurs, il ne faut pas se leurrer, les ports du département sont saturés en saison.

 

  • Si nous voulons que l’anarchie s’arrête dans la Rade, 60 bouées (dont 15 seulement pour le passage) ne seront pas suffisantes ni pour les bateaux à l’année ni pour le passage. Il faut être conscient que si personne ne souhaite un port off-shore, il faut trouver un juste milieu. C’est pour cela que nous avons toujours proposé des zones extensibles dans nos projets surtout pour les places de passage. Nous pensons donc qu’il faut porter tous nos efforts sur Rochambeau dès le premier octobre 2018 en faisant 45 places au lieu des 30 prévues.

 

  • Le nettoyage de la zone de Rochambeau est relativement simple, nos associations y participeront activement dès le premier octobre, mais il faudra la collaboration du port de la Darse pour lever les quelques épaves qu’on leur amènera et une logistique pour les évacuer. Il faudra aussi que les ports environnants prévoient des places pour caser les bateaux pendant les travaux de nettoyage et de mise en place des mouillages. Le retour des bateaux sur bouée pourrait se faire dès le début Janvier 2019. Après cette réalisation, le nettoyage du palais de la marine pourra être attaqué.

 

  • Aux Marinières, il faudra employer les grands moyens, cela va coûter beaucoup d’argent, pourquoi ne pas faire appel à l’Europe pour le nettoyage ? La Rade le mérite bien, l’Europe a financé bien d’autres ZMEL ayant bien moins d’intérêt (Baléares…).

 

  • Il faudra prévoir de baliser une zone interdite au mouillage là où est prévu le nettoyage. Nos associations n’ont aucun pouvoir répressif mais nous mettrons un point d’honneur à dénoncer les « incivilités » dans la Rade en les signalant à ceux qui peuvent intervenir (Police Municipale). Les webcams que nous gérons seront d’une grande utilité pour cela.

Mode de mouillage suivant les fonds marins :

  • À Rochambeau il y a des posidonies, pas toujours en très bonne santé, mais il faut les préserver avec des mouillages écologiques (Lien Schéma ancres à vis). 25 % des places seront réservés au passage dans l’immédiat en attendant que la zone des marinières soit créée car il est évident que les plaisanciers de passage préfèrent stationner en vue du centre-ville avec la citadelle, la vieille ville, les commerces, plutôt qu’à Rochambeau.

 

  • Au palais de la Marine, les fonds étant vaseux, les ancres à vis ne tiendront pas, il faudra des blocs de béton de forme bien spécifique pour la bonne tenue (Lien Schéma corps mort trapézoïdal). Des blocs de béton « écologiques » (Lien Schéma corps mort écologique) pourront être mis à la place des corps morts ordinaires partout où il y a du sable.

 

  • Dans un troisième temps, au-devant de cette ZMEL, il faudra penser à mettre des bouées pour les bateaux de passage plus importants. En effet ce sont surtout ces navires qui stationnent parfois plus d’un mois dans la Rade sans rien payer qui saccagent les fonds en tournant constamment à 360° autour de leur ancre, il faut arrêter le massacre et les faire payer.

 

PARTIE TECHNIQUE : 3 PLANS DE MOUILLAGES

Plan détaillé d’un mouillage applicable à Rochambeau (Système d’ancres à vis écologiques) et Marinières (Système de corps morts)

 

Zone des Marinières avec système de corps morts

 

Zone de Rochambeau avec système d’ancres à vis écologiques

 

PARTIE FINANCIÈRE :

Nous serons vigilants sur ce point

Nous sommes conscients qu’il s’agit d’argent public

Nous sommes conscients qu’il faut amortir l’investissement

Nous remercions Mr Trojani qui depuis son arrivée à la tête de la Mairie de Villefranche (et encore aujourd’hui) n’a jamais changé de discours, c’est rare pour un politique pour que ce soit signalé. Il a toujours maintenu qu’il ne voulait pas que ces ZMEL soient un « objectif de rentabilité », mais une façon de rendre la Rade saine au-dessus et au-dessous de l’eau, et que cesse l’anarchie. Sur ce point aussi nous tenons à nous investir car le prix de l’investissement impactera le prix des bouées. Pour éviter les dérives et les frais inutiles, nous allons proposer des solutions pour que les mouillages aient le meilleur qualité/prix.

Il y a 2 facettes distinctes à étudier : la fourniture & la main d’œuvre. Comme des appels d’offre sont obligatoires, il faut absolument séparer les 2 choses.

  • En ce qui concerne la fourniture nous voudrions que ce soit la Mairie qui s’en charge sur nos conseils. Nous voulons également que chaque pièce soit de la nature et la qualité que nous voulons (voir les schémas) comme l’utilisation de cordages FUTUNA (Lien Graphique FUTUNA).
  • En ce qui concerne la main d’œuvre, le gros avantage pour la transparence est que tous les prétendants soumissionnent sur un cahier des charges précis (on détaillera très précisément le travail à effectuer ainsi que les contrôles à faire).

Nous avons d’ores et déjà une idée assez précise du coût total, nous sommes très très loin du chiffre que le bureau d’étude a annoncé. A ce sujet nous nous étonnons que l’on lance des prix de revient alors que rien n’a encore été étudié au point de vue technique ! Par ailleurs nous faisons savoir que suivant les différents plafonds des coûts d’une telle réalisation, les procédures ne sont pas les mêmes. En dessous du plafond que nous prévoyons la procédure est légère et rapide, il faudrait peut-être commencer par le commencement si on veut gagner du temps et de l’argent.

Nous sommes conscients que ce projet de ZMEL ….comme tout projet, nous sommes en France !

va rencontrer des opposants, c’est normal, c’est la démocratie. Ce que nous ne voudrions pas par contre, et ce dans l’intérêt général, c’est que cela tourne au règlement de comptes personnels. Nous assistons régulièrement à des piques d’anciens prétendants aigris contre le Maire. Nous rappelons que  dès 1997 et jusqu’en 2012 la précédente mandature a promis de faire ce genre de structure sans y arriver, alors il faut comprendre que pour une fois que l’on voit un Maire se battre vent debout pour que cela se fasse en moins d’un an, nous soyons à ses côtés. Par contre les observations, remarques et idées de chacun allant dans le bon sens seront les bienvenues.

Cette démarche se veut participative, à condition évidemment que ce soit constructif. Vous pouvez nous faire part de vos commentaires via notre Page Facebook de l’AARV (Page FACEBOOK), nous les publierons et y répondrons si elles vont dans l’intérêt  général. Ceci est très important pour la réussite du projet!

TAGS
RELATED POSTS
facilisis id Donec ipsum consequat. leo. mattis