Illégalité

Nouveau balisage avec interdiction de mouiller à Rochambeau : le prétexte « Posidonies »

By on 9 juin 2013

Des bouées ont été placées dans la Rade côté Rochambeau, ce qui se fait tous les ans pour protéger la baignade. MAIS, contrairement aux autres années, elles ont été placées cette fois-ci de telle sorte que tous les bateaux mouillés sur cette zone soient enfermés : interdiction de mouiller sur toute cette partie de la Rade, ce qui n’apparait pas sur les documents officiels décrivant les règles de navigation dans la rade et ne correspond à aucune zone protégée.

C’est grave et même inconscient à notre sens car :

La Rade est un abri naturel recommandé depuis l’antiquité par tous les documents nautiques

– Cette aire n’est pas une zone de baignade, elle n’est pas surveillée et la qualité de l’eau n’est pas contrôlée

La zone de Rochambeau est la seule à être relativement protégée du Mistral et en saison, quand le Mistral se lève brusquement c’est la panique du côté St Jean, beaucoup de bateaux viennent se mettre à l’abri du Cap de Nice en catastrophe. Comment vont-ils faire maintenant ? Comment va faire la cinquantaine de bateaux sur zone habituellement, s’ils sont obligés de se mettre en dehors des bouées où les fonds dépassent les 30M ?

Aucun mouillage ne va tenir, ils vont tous aller sur les rochers. Pollution assurée car impossible de les sortir, si ce n’est qu’avec la grosse barge qu’il faut faire venir de Marseille.

Qui va payer ? Encore le contribuable car les assurances ne marchent pas en RC pour les échouages en dehors du Port ou de son chenal d’accès.

Ces bouées ont été mises en place depuis une dizaine de jours sans affichage à la Mairie ou sur Internet, c’est illégal. Ci-dessous l’historique des faits :

Jeudi 6 Juin: MAIRIE : Pas d’arrêté, il n’est pas encore… revenu de la Préfecture ! On demande à voir un responsable pour connaître le contenu de cet arrêté, personne n’est en mesure de nous expliquer ! Nous informons parallèlement Mr le Directeur des Affaires Maritimes/DDE du danger de cette mesure

Vendredi 7 Juin: Nous faisons déposer un courrier à Mr le Conseiller Général de notre canton, courrier lui demandant un arbitrage. Nous informons Mr le président du SIVOM de la situation.

Nous avons cherché à connaître les raisons qui ont poussé des personnes responsables à avoir déposé une telle demande, il faut que ces raisons frisent la sécurité de la Nation pour avoir pondu une telle aberration, car cette zone est LA SEULE de la Rade à ne pas présenter d’intérêt particulier sur le plan de la protection (voir carte ci-dessous) : alors que tout le pourtour de la Rade Cap Ferrat présente un intérêt écologique… c’est la seule zone où ils ont mis des bouées !! Cette zone ne fait pas non plus partie de la zone NATURA 2000 non plus…

ALORS ??
Nous pensons:

– Que cela n’a été fait que pour nuire à notre association, on doit gêner en dévoilant certaines choses, certaines lacunes, certaines incapacités, notamment dans notre lettre ouverte dernièrement…

– Que cela cache peut être la relance de projets pharaoniques comme en 2009 où pour faire de l’argent on n’hésitait pas à INTERDIRE le mouillage dans toute la Rade avec obligation de se mettre sur les bouées à des prix 5 étoiles sans aucun service ni sécurité, ni responsabilité, et avec même l’interdiction de… se baigner !!

Il en ressort que certains adjoints de la municipalité s’enflamment un peu et disent un peu n’importe quoi… peut être pour faire parler d’eux en vue des élections 2014 ?

Quand on nous raconte qu’il faut protéger les posidonies on est pour à 100%. C’est vrai qu’il faut protéger les fonds, il y a des abus, des gens qui ont des bateaux mais ne s’en occupent pas, il y a des incivilités que notre association combat (nous avons une charte et nous trions nos adhérents), il ne faut pas faire d’amalgame.

Nous rappelons que:
– Nous ne pouvons pas aller dans les ports de la Région (15 à 20 ans d’attente) , ceci parce que les agences ont réquisitionné des pontons entiers pour vendre leurs bateaux neufs en faisant dégager les petits bateaux (les bateaux neufs ne se vendent pas sans place)

– Nous avons demandé de payer un impôt foncier pour l’occupation du domaine public maritime : pas de réponse tous les organismes se renvoient la balle

– Nous avons demandé une A.O.T. (Autorisation Occupation Temporaire) : pas de réponse

– Au vu de cela et de la carence des pouvoirs publics pour créer des ZMEL (Zone de Mouillage Equipements Légers), nous avons déposé la première fois il y a 10 ans un projet à la Préfecture, projet que nous financions entièrement et de plus reversions une taxe annuelle à la commune : toujours en attente

– Nous avons même à ce sujet inventé un corps mort écologique pour les zones où il n’y a pas de posidonies,afin de reconstituer la faune sous marine. Cette structure, ainsi que nos projets ont été copiés en France dans les zones à protéger, aux Caraïbes (100 ha !)…. mais pas localement !

– Nous avons déposé un autre projet en 2005 qui avait obtenu l’approbation des principaux intéressés lorsque la Mairie, comme chaque fois, s’est mise en travers. Elle préfère que rien ne se fasse plutôt qu’une autre structure s’en charge alors que pratiquement tous les ans l’annonce est faîte que cette fois ça y est ,la priorité du Maire c’est la création de zones de mouillage organisé !

– Notre association a développé un mouillage à la fois devant et derrière sur des chaînes bien fixées au sol par des ancres surdimensionnées ce qui fait que les chaînes sont inoffensives pour les posidonies. La preuve en est que les grandes nacres, véritables filtres sous-marins, s’installent à 5 cm des chaînes sans être dérangées, ce qui confirme bien que nous préservons parfaitement les fonds sur notre zone.

Nous ne demandons pas mieux que la commune ou le département créent une ZMEL, encore faut-il que ce soit vraiment pour protéger les fonds et non pour une affaire de « gros sous » comme le projet heureusement refusé du SIVOM qui a coûté 90 000 € pour les études seulement et qui était à hauteur de 3 millions d’euros sans aucune précision quant à la sécurité et la tenue des navires au fond. Quel gâchis alors que nous avons proposé à maintes reprises notre concours gracieux!

Nous pensons par ailleurs que ce n’est peut être pas obligatoirement à tous les contribuables à payer pour ce genre d’installation. Dans ce sens, nous avions pris contact avec l’Europe qui ne demande pas mieux que de financer ce genre de projet comme elle l’a fait aux Baléares, en Espagne… Dans ce sens, nous avons déposé une demande complète, il y a plus d’un an… Nous attendons toujours…

Peut être est-ce le fait que la condition essentielle étant que les bouées doivent être GRATUITES les 5 premières années, cela ne convient pas à certains ? Pourtant, après ces 5 années le porteur du projet récupère la structure. On veut le beurre et l’argent du beurre.

Comme quoi il faut que la protection des posidonies… rapporte!

TAGS
RELATED POSTS