News

Le cahier des charges de ces Appels d’offre

By on 8 septembre 2019

Comme toujours nous critiquons ce qui est critiquable, mais nous expliquons toujours pourquoi et nous donnons des solutions.

Dans le cas de SUEZ  nous critiquons sans demi-mesure le cahier des charges de ces appels d’offre.

  • D’abord sur la forme car il est flou et la commission des Appels d’Offre pourra choisir qui bon lui semble en écartant qui elle veut.

Il n’y a d’ailleurs pas un seul spécialiste des mouillages parmi les membres de cette commission, le seul qui était prévu et qui aurait pu éclairer sur les choix techniques a été bizarrement écarté de cette commission (le Président de l’AARV).

  • Ensuite, sur la technique :

Là c’est plus grave car c’est la sécurité des biens et des personnes qui est en jeu. On ne peut pas tenir un bateau avec un morceau de polypropylène amarré sur un tire-bouchon. Il faut être complètement irresponsable pour pondre ce genre d’ineptie, une vis en  tire-bouchon se dévisse si elle n’a pas de pales pour la bloquer, et ce n’est pas le « remède »  qui a été mis en place pour empêcher le dévissage (plusieurs vis reliées par une barre de 1 mètre de long par 10 cm de large) qui plaît aux posidonies.

*La variante de mettre l’amarrage du bateau sur 2 vis ne change pas « l’angle de traction ».

A Rochambeau la zone pour 30 mouillages compte tenu des profondeurs rapidement importantes sur le flanc Est et du futur tuyau de la Thalasso au Nord réduisent l’espace. Ainsi, on ne peut mettre des longueurs d’amarres importantes pour avoir un angle de traction de moins de 35°. Dans le plan de SUEZ, nous sommes avec des angles de traction de 45 degrés. Les vis vont s’arracher au premier coup de houle du SUD (qui monte à 3 m en hiver même sans vent).

Apparemment les porteurs de ce cahier des charges ne savent pas que si on tire à la verticale (90 degrés) une vis en tire-bouchon, elle se dévisse facilement. Mais plus on diminue l’angle de traction par rapport au sol, plus la résistance à l’arrachement est grande.

Dans notre projet comme dans tous nos précédents, nous avons prévu la résistance au maximum en s’amarrant sur une chaîne tenue par 2 vis. Résultat :

  • angle de tire maximum car égal à zéro degrés … et sécurité doublée car traction sur 2 vis au lieu d’une seule.
  • impact sur les posidonies nul car une chaîne (contrairement aux plaques qu’il faudra mettre pour raccorder les vis tire-bouchon entre elles) laisse passer la lumière, donc la photosynthèse reste possible et au bout d’un mois la nature aura repris ses droits (voir les études à ce sujet).
  • Inutile de mettre 3 fois la profondeur comme longueur d’amarre car l’angle de traction est nul. De plus le cordage employé (le cordage Futuna) va compenser les à-coups de la houle du Sud grâce à son allongement de 40 % (le polypropylène prévu par Suez a un allongement près de zéro et une résistance au frottement et à la rupture la plus faible de tous les cordages existants !!)

Autre sujet : les corps morts à Rochambeau à la place de certaines vis. Là on voit que ceux qui ont sorti une telle ineptie n’ont jamais vu les fonds de Rochambeau ! Comment peut-on « caser » des blocs de béton (obligatoirement sur fonds sableux) sur une structure générale de ZMEL ? Il n’y a que sur « papier » que cela peut se faire !!

De plus Suez parle de corps morts alvéolés pour élever les mérous (l’idée leur a été donnée par un  illuminé du CNRS).

En plus d’enlever de la tenue au bloc de béton à cause des alvéoles, on met des épaves où peut-être grâce aux vis les posidonies reprendront de la vigueur … et tout ça pour un résultat nul pour la faune comme cela a déjà été prouvé partout où cela a été fait (Monaco…). Si des Corps morts devaient être mis c’est uniquement au Palais de la Marine (les Marinières) et de plus les corps morts qui fonctionnent ce ne sont pas ceux sortis des bureaux d’étude mais ceux qui imitent la nature.

Dans les tropiques les différentes espèces de poissons prolifèrent dans des structures de corail avec une complexité leur permettant de se protéger des prédateurs.

Notre Association a depuis longtemps copié cette structure en INVENTANT un corps mort (LIEN du CM). Ce corps mort  l’avantage de par sa forme d’augmenter la poussée vers le bas par rapport au parallélépipède rectangle habituel (donc sa tenue à la traction) et de plus de faire des abris pour les différentes espèces. Ces Corps morts ont été placés sur 100 hectares dans les Caraïbes avec notre accord. Même un responsable de Port-Cros et Porquerolles nous avait demandé s’il pouvait le copier.

Il y a bien d’autres inepties dans ce cahier des charges, c’est pour cela qu’il est à rejeter dans sa totalité.

Nous proposons que les soumissionnaires présentent leur candidature AUSSI sur un  cahier des charges précis :

  • Pour le prix de revient
  • Pour la marchandise
  • Pour la technique

Cela afin que la commission puisse comparer ce qui est comparable (cf. la technique) et y restera le moins disant en tenant compte des autres critères (fiabilité de l’entreprise, …). Rien de plus facile puisque ce cahier des charges précis et fiable nous l’avons donné à Mr le Maire depuis bientôt 1 an A SA DEMANDE et il est sur notre site (Cliquer ICI).

Nous ne comprenons pourquoi le Maire a changé sans rien nous dire.

Il a peut-être des intérêts politiques …mais malheureusement c’est au détriment des deniers et intérêts publics.

VOICI le lien de ce cahier des charges : Cliquer ICI

TAGS
RELATED POSTS
felis nunc non eleifend odio accumsan mi, ut quis