Illégalité News

La Rade en ébullition : les AF/MAR hors la loi ?

By on 17 mai 2015

Nous serions tentés de le penser au vu de leurs dernières actions.

Nous avions dénoncé il y a quelques jours dans une lettre ouverte à Mr Dubois, le responsable DML06, les actions indignes d’un responsable : bouées de mouillage éventrées ou enlevées, amarrages coupés, bateau à la dérive de ce fait !

Nous pensions que c’était fini et nous aurions laissé courir, pensant que c’était épidermique. Mal nous en a pris, ce n’était que le hors d’œuvre !

Le plat de résistance : le mercredi 13 Mai dernier, les AF/MAR remettent le couvert !! Ils ont recommencé leur opération commando en montant encore d’un cran :
– Enlèvement des bouées de mouillage pendant que les bateaux étaient absents.
– Coupure des amarres reliées aux bouées.
– Pire ils ont été jusqu’à enlever les annexes des bateaux qui étaient en navigation! Quand les bateaux sont revenus ils ont été obligés d’aller dans les ports ou revenir à la nage !!

INCROYABLE …

Et ce n’est pas fini… où ont-ils mis ces annexes et bouées (y compris des zodiacs semi rigides !) ? DANS UNE BENNE commandée pour l’occasion, c’est de la préméditation en plus ! Nous avons pris bien évidemment les photos et vidéos de ces scènes hallucinantes venant non de vandales … mais de responsables censés mettre en place les futures zones de mouillage organisé en 2017 !!! . Vous pouvez voir sur les photos ci-dessous, les annexes jetées en vrac et pour que le message soit bien compris ils ont jeté une énorme jardinière par-dessus !

INCROYABLE MAIS VRAI !

Tout cela paraît surréaliste, quelle mouche les a piqués ? Nous nous sommes interrogés et un témoignage nous est revenu à l’esprit. Lorsque les AF/MAR ont demandé lors de leur dernière « opération commando » aux occupants de bateau « s’ils faisaient bien partie de l’AARV » avant d’intervenir, ils ont aussi ajouté en réponse à une question : « nous appliquons le jugement ».

Il s’agit là d’un dérapage grave. Celui qui dirige cette opération commando ne connait donc pas la loi et il veut la faire respecter ? Ce responsable ne sait donc pas que dans un jugement en première instance (voir par ailleurs le commentaire sur ce jugement), si une partie fait appel, sauf cas spéciaux, le jugement est suspendu. Cela a été le cas pour nous. De plus, même si on nous n’avions pas fait appel, il n’a jamais été question dans ce jugement d’enlever les mouillages ni les annexes, l’accusation portait uniquement sur une prétendue « gestion du DPM en lieu et place de l’Etat », rien à voir avec le fait d’enlever les annexes et couper les amarres et bouées. Enfin, aucune action de ce type n’a jamais été évoquée au Tribunal Administratif qui s’est toujours montré clément suite aux poursuites contre les propriétaires de bateaux mouillant dans la rade.

Les AF/MAR se font donc justice elles-mêmes, c’est très grave. Trouvant que ce jugement au Pénal ne leur convenait pas, ils sont même allés étendre leur sentence à ..TOUTE LA RADE !!

Comment peut-on maintenant leur faire confiance ? Nous rappelons que nul avis ni P.V. de toutes ces actions ne nous a été signifié, ce sont des méthodes de « République bananière » qui ne laissent rien présager de bon pour l’avenir de la Rade de Villefranche et de tout le Département.

Nous allons bien évidemment porter plusieurs plaintes à leur encontre en référé, au Procureur et à la Police Nationale :
– Au nom de notre association en action de groupe (mouillages sectionnés, bouées subtilisées ou éventrées, l’annexe de travail avec un rouleau à l’arrière (grâce auquel nous pouvons remonter des morceaux d’épave lors d’actions de nettoyage) envoyée à la décharge.
– En nom propre pour les personnes qui ont été obligées d’aller dans un port, n’ayant plus l’annexe pour aller au quai (parmi elles un auto-entrepreneur moniteur de plongée qui ne peut plus exercer son métier).

Nous allons préciser dans cette plainte en référé que nous ne pouvons plus utiliser notre bateau de peur de ne plus retrouver l’annexe au retour !

Nous demanderons bien évidemment des dommages que le contribuable paiera malheureusement, comme pour cette histoire de pneus immergés à retirer.

C’est une situation ubuesque à laquelle nous demandons réparation et l’arbitrage de Mr le Prefet avant que tout ça ne dégénère, nous ne sommes pas les seuls concernés, la Rade est en ébullition !

TAGS
RELATED POSTS
velit, ut ut lectus ante. pulvinar elit. id