News

FRANCE BLEU AZUR : Les ZMEL dans la Rade commencent à faire des vagues

By on 28 avril 2019

La sympathique équipe de FRANCE  BLEU AZUR (F.B.A.), spécialiste des infos locales a fait dernièrement un reportage pour faire le point sur ces PROJETS. A cette occasion, le Maire de Villefranche, Christophe TROJANI, ainsi que le Président de l’AARV, Lino PERFETTO ont été interviewés.

Voici la retranscription du reportage de France Bleu Azur diffusé fin avril accompagné de nos commentaires (en rouge).

Nicolas (F.B.A.): « Protéger notre Méditerranée c’est un leitmotiv sur France Bleu Azur. A Villefranche-sur-Mer on a pris des mesures pour la préserver, pour la préserver des épaves de bateaux qui polluent les fonds marins. Des navires abandonnés, échoués sur la plage, tout ça Sébastien c’est fini. »

Sébastien (F.B.A.): « Oui parce qu’ils sont confrontés depuis des dizaines d’années au mouillage illégal de bateaux dans la rade. La ville de Villefranche qui va installer des ZMEL, des zones de mouillage pour équipement légers. Alors François vous allez tout nous expliquer. »

François (F.B.A.): « Bonjour François, bonjour Nicolas. D’abord la situation, pour la municipalité c’est intenable. Chaque année des bateaux coulent ou s’échouent sur la plage, un vrai danger pour les fonds marins pollués par les épaves mais ce n’est pas qu’une question écologique, le maire de Villefranche-sur-Mer Christophe Trojani : »

Trojani (Maire): « à chaque fois qu’un bateau qui coule ou qui s’échoue c’est la commune ou le département qui est obligé de supporter les frais d’évacuation des bateaux, du renflouage »

Sébastien (F.B.A.) : « car les bateaux sont abandonnés, pas assurés et parfois les propriétaires ne sont pas solvables. A ce stade tous les accords et tous les financements été obtenus pour mettre en place deux zones de mouillages pour équipements légers, des ZMEL, elles seront situées à Rochambeau et au palais de la marine pour la mise en place de ces zones le maire donne rendez-vous à l’automne prochain. »

Trojani (Maire) : « à ce moment-là on sera prêt pour nettoyer le fond des mers, l’état est déjà prêt pour évacuer des bateaux et remettre des bouées ainsi que des ancrages écologiques. »

Sébastien (F.B.A.): « C’est en Octobre  que le marché sera attribué pour l’installation de ces bouées et de ces vis pour permettre le mouillage des bateaux. Tout cela se fera en milieu ouvert, le matériel devra donc résister suffisamment au vent et l’attribution du marché  pose déjà question selon Lino Perfetto, président de l’association des Amis de la rade »

Perfetto (AARV) : « ça se passe avec un appel d’offre, on impose la marque de la vis qui ne vaut rien c’est un ressort, un tire-bouchon et personne n’en veut. A Arcachon ils les ont toutes enlevées au bout d’un an. Le prix est 10 et même  20 fois le prix normal. »

Sebastien (F.B.A.) : « Selon lui, les vis en question peuvent être posées pour 350 € l’unité mais la seule société capable de les installer, …/ »

NON, n’importe quelle entreprise ou particulier est « capable » d’installer ces vis, ce sont les plus faciles à mettre en place (1 minute à 2 personnes avec une tarière hydraulique, il faut beaucoup plus de temps pour une véritable ancre à vis avec 2 spires en forme d’hélice de 35 cm de diamètre !)

« /… selon les normes de l’appel d’offre, les facturent 7000 €  et au-delà de 35 km/h de vent, les propriétaires de bateau devraient sortir leur bateau de la rade. »

Alors là, c’est le bouquet : non seulement le prix de ces vis est prohibitif – c’est une escroquerie, mais de plus elles ne tiennent pas !!!

Des vents supérieurs à 35 km/h, il y en a 100 fois dans l’année,  et parfois la nuit, sans prévenir !

Trojani (Maire): « on ne peut pas laisser un bateau sans surveillance, on ne peut pas laisser un bateau 2 ans à l’amarrage en mer sans aucune surveillance, sans aucun contact donc chacun des propriétaires de bateau qui candidatera pour avoir une bouée devra être mobilisable à partir du moment où il y a un coup de mer ou une tempête, ça c’est une évidence…/ »

On ne comprend pas Mr le Maire :

*QUI a  parlé de laisser le bateau 2 ans sans surveillance ?

Il y a une différence entre s’occuper de son bateau, l’entretenir… et être obligé de le sur veiller jour et nuit, sans partir en week-end ni en congé !!!

* «  /… Le propriétaire de bateau qui candidatera pour avoir une bouée devra être mobilisable à partir du moment où il y a un coup de mer ou une tempête »

 Il faudra dormir à bord alors, car :

– Les coups de vents de force 5 ou 6 sont fréquents, et la plupart du temps imprévus  (la méditerranée est bien connue des marins pour ce genre de caprices!)

– Mr le Maire oublie aussi de dire que les bateaux sont en mer à plus de 50 m du bord : comment dès lors y accéder avec une petite annexe, lorsqu’on veut aller à bord pour enlever le bateau et qu’il y a un coup de mer (même sans vent) ?

Les marins qui pratiquent le mouillage dans la Rade savent bien que ce ne sont pas les vents qu’il faut craindre, la Rade est bien abritée des vents dominants. Le véritable danger est la houle du Sud, qui peut atteindre jusqu’à 3 mètres d’amplitude (hauteur attestée par les relevés de bouées météorologiques disposées au large)

* «  Ça c’est une évidence »

Ce qui est « évident », c’est que ceux qui ont pondu un tel projet, avec de tels matériaux, ne savent pas ce qu’est un mouillage « A l’ANNÉE, en  MILIEU OUVERT » .

L’ « ÉVIDENCE », c’est que nous avons à faire à des personnes qui ne connaissent pas grand-chose au milieu de la mer et des mouillages ; et qui, par égo ou par intérêt, jouent aux apprentis sorciers en mettant en danger les biens, les personnes et les fonds marins, alors qu’ils pourraient s’appuyer sur des personnes qui pratiquent et maîtrisent le mouillage en milieu ouvert depuis des années,

Ce qui est ÉVIDENT, c’est qu’avec ce système, il y en aura encore bien plus d’épaves qu’auparavant

Notre association, l’A.A.R.V,  « pratique » cette zone  depuis 15 ans sans avoir perdu un seul bateau. Nous partons en vacances comme tout le monde, car nous savons que nos bateaux sont en sécurité. Une webcam les surveille d’ailleurs 24h /24.

François (F.B.A.): « et quant au prix ? »

Trojani (Maire) :  « Il n’y a aucun souci, notre appel d’offre respecte le code des marchés public. Il y aura plusieurs entreprises qui répondront et nous on choisira l’entreprise la mieux-disante c’est-à-dire pas la moins-disante, c’est pas forcément la moins chère mais c’est celle qui aura le meilleur rapport qualité / prix. »

Et voilà, la boucle est bouclée :

Pour ceux qui n’auraient pas tout compris voici la « traduction »

*les entreprises proposant des prix inférieurs avec  du matériel haut de gamme  ne seront pas en mesure de concurrencer une entrepris avec des prix 10 fois supérieurs,  des vis qui ne tiennent pas et de la marchandise bas de gamme !!!

En effet, en dernier lieu il y aura donc le choix arbitraire de la DREAL, et  l’entreprise qui va l’emporter sera « Neptune Environnement. Cette dernière mettra les vis ellipses/harmony de son fournisseur exclusif « Nautiscaphe »

Mais l’hémorragie financière ne s’arrêtera pas là :

En effet, comme partout où ce système a été déployé, les vis vont nécessairement lâcher. Il faudra alors les doubler ou les tripler en les reliant entre elles par des plaques de fer ….bonjour les dégats sur les posidonies, ainsi que les coûts supplémentaires !!

C’est malheureusement le système bien connu des marchés publics dans la région PACA, la dernière preuve en date étant  celle de la récente ZMEL de  Cannes.

François (F.B.A.): « Verdict donc en octobre prochain donc lorsque le marché aura été attribué pour permettre la création des 2 zones de mouillage pour équipements légers à Villefranche sur mer. »

Le « verdict » ÉTAIT déjà CONNU  le jour où les ZMEL ont été programmées, nous avons donné le nom de l’heureux vainqueur à Mr le Maire il y a  6 mois déjà !!

C’est bien pour cela que l’on ne veut pas de Lino Perfetto pour la commission des Appels d’Offre, Lino Perfetto est « l’empêcheur d’empocher en rond »

Mais encore une fois ce n’est pas tellement le prix de revient qui est le plus tragique, mais bien les épaves qui vont continuer à s’accumuler avec ce système de mouillages. Les propriétaires, dès les premiers problèmes, vont partir des bouées ; la  question de l’anarchie dans la Rade et des épaves  n’est absolument pas prêt de s’arrêter. On marche sur la tête.

Nous ferons TOUT pour empêcher ce désastre lors de l’enquête publique.

Nous ferons savoir à tous les Villefranchois – et bien au-delà – comment fonctionne l’administration et les marchés publics.

Rien ne nous arrêtera tant qu’un VÉRITABLE appel d’offre basé sur un véritable cahier des charges clair et transparent (ne spécifiant pas forcément de marque de produit obligatoire, mais exigeant les mêmes critères de qualité pour tous) ne sera pas établi et mis en œuvre

Nous le répétons : nous voulons ces ZMEL, nous les attendons depuis des dizaines d’années. Mais si nous ne sommes pas entendus, dans l’intérêt général, nous ferons appel aux médias spécialisés dans ce genre d’affaire afin d’empêcher que la situation ne devienne pire qu’avant.

 

TAGS
RELATED POSTS