Arrêté préfectoral N°073/2016

arrete

« Les commentaires de l’AARV seront annotés en Bleu »

Le vice-amiral d’escadre Yves Joly, préfet maritime de la Méditerranée

VU le code des transports et notamment son article L.5242-2,

VU le code pénal et notamment ses articles L. 131-13 et R. 610-5,

VU le décret n° 2004-112 du 6 février 2004 modifié relatif à l’organisation de l’action de l’Etat en mer,

VU le décret n° 2007-1167 du 2 août 2007 modifié relatif au permis de conduire et à la formation à la conduite des bateaux de plaisance à moteur,

VU l’arrêté ministériel du 27 mars 1991 relatif au balisage et à la signalisation dans la bande littorale des 300 mètres,

COMMENTAIRE AARV: les 5 premiers « VU » n’ont qu’une lointaine relation avec cet arrêté…

VU l’arrêté préfectoral n° 76/1996 du 25 novembre 1996 portant création d’une zone interdite au mouillage en rade de Villefranche-sur-Mer,

COMMENTAIRE AARV: cet arrêté on aurait pu l’éviter car il concerne « une reglementation de la navigation spéciale pendant … le triathlon des mers en 1996 » !!!

VU l’arrêté préfectoral n° 125/2013 du 10 juillet 2013 modifié, réglementant la navigation le long du littoral des côtes françaises de Méditerranée,

VU l’arrêté municipal n° 6413 du 15 juillet 2013 interdisant la baignade « jour et nuit » autour des filets de pêche dans un rayon de 25 mètres dans la bande littorale des 300 mètres bordant la commune de Villefranche-sur-Mer,

COMMENTAIRE AARV:  Arrêté interdisant la baignade « jour et nuit » autour des filets de pêche … » on ne voit pas trop non plus ce qu’il vient faire ici, mais bon …ça meuble, ça fait sérieux !

VU l’arrêté municipal n° 6314 du 11 avril 2013 portant réglementation du plan de balisage de la commune de Villefranche-sur-Mer,

COMMENTAIRE AARV: le titre « pourrait » avoir un rapport avec le sujet principal, hélas il n’en est rien ! En effet cet arrêté a été fait comme dit plus haut uniquement dans un but politique, il n’a jamais été signé par le Préfet, nous l’avons dénoncé, il n’existe pas juridiquement. D’ailleurs si vous le cherchez sur internet, vous serez redirigés sur …le site de Natura 2000 ! qui lui, montre clairement que cette zone de Rochambeau ne présente strictement aucun intérêt pour la préservation des posidonies et des espèces ! Lien Carte Natura 2000 Cap-Ferrat

VU l’avis de la commission nautique locale du 24 mars 2016,

COMMENTAIRE AARV: « l’avis de la commission nautique locale» ne concerne même pas la Rade… 

Sur proposition du directeur départemental des territoires et de la mer des Alpes-Maritimes,

Considérant la nécessité de préserver les fonds marins et notamment les herbiers de posidonies compte tenu de leur valeur écologique.

 A R R E T E

ARTICLE 1
Dans le dispositif du plan de balisage de la commune de Villefranche-sur-Mer, sont créés :
1.1. Plage de la Darse (annexe I)
– un chenal d’accès au rivage de 25 mètres de large et de 100 mètres de long, réservé exclusivement aux navires du centre national de recherche scientifique (CNRS) et situé au droit du débarcadère de l’université ;
– une zone interdite aux engins à moteur (ZIEM) permanente, de 150 mètres au maximum de sa profondeur, située de part et d’autre du chenal d’accès au rivage précité et s’étendant du feu rouge du port de la darse à la limite Sud de la plage.
1.2. Plage de la Marinière (annexe I)
– un chenal d’accès au rivage de 25 mètres de large et de 200 mètres de long, réservé aux embarcations de secours et de surveillance, situé au droit du poste de secours ;
– un chenal d’accès au rivage de 25 mètres de large et de 200 mètres de long, adjacent à l’Ouest de la zone réservé uniquement à la baignade créée par l’arrêté municipal susvisé ;
– une zone interdite aux engins à moteur (ZIEM) et au mouillage de 100 mètres de profondeur dans la partie située au-delà des zones réservées uniquement à la baignade (ZRUB) créées par l’arrêté municipal susvisé s’étendant du début de l’enrochement de la promenade Marinière à l’Ouest jusqu’à l’épi Sud de la plage « des Jeunes » à l’Est à l’exception des chenaux qui la traversent.

ARTICLE 2
Du 1er avril au 31 octobre, sont créées deux zones interdites au mouillage (ZIM), pour les navires d’une longueur supérieure ou égale à 20 mètres, situées respectivement :
2.1. dans une zone comprise entre la ZIEM définie au paragraphe 1.2 et une ligne brisée, telle que représentée sur la carte, joignant l’extrémité du môle de la santé, le milieu de la baie de Villefranche, dans l’axe du chenal réservé aux embarcations de secours, et la limite littorale de la commune de Saint-Jean-Cap-Ferrat dans l’axe de la digue Nord de l’anse Passable (annexe I).
2.2. dans la bande littorale des 300 mètres balisée s’étendant sur la partie littorale de la commune de Villefranche-sur-Mer comprise entre les communes d’Eze et de Beaulieu-sur-Mer (annexe II).

ARTICLE 3
Les chenaux définis à l’article 1 sont des zones de transit et ne doivent pas être utilisés comme zone d’évolution. La navigation doit s’effectuer de manière directe et continue. Le stationnement, le mouillage et la plongée sous-marine y sont interdits. La vitesse y est limitée à 5 noeuds.
Dans les ZIEM définies à l’article 1, la navigation et le mouillage des navires, embarcations et engins immatriculés ainsi que la pratique de la plongée sous-marine sont interdits.

ARTICLE 4
A l’intérieur des zones créées par l’arrêté municipal n° 6314 du 11 avril 2013 susvisé, la navigation, le mouillage des navires et engins immatriculés ainsi que la plongée sous-marine sont interdits.

ARTICLE 5
Les interdictions et restrictions édictées aux articles 2, 3 et 4 ne s’appliquent pas, en situation opérationnelle, aux navires et embarcations chargés de la surveillance et du secours, ainsi qu’à ceux chargés des missions de police.
Les embarcations des pêcheurs professionnels sont autorisées à pénétrer dans les ZIEM définies à l’article 1 entre 19h00 et 10h00.
L’interdiction de navigation dans les ZIEM ne s’applique pas aux embarcations chargées du nettoyage des plages.

ARTICLE 6
Les chenaux et les zones définis à l’article 1 et à l’article 2.2. seront balisés conformément aux normes édictées par le service des phares et balises. Leur affectation sera signalée par des panneaux disposés à terre selon les dispositions de l’arrêté ministériel du 27 mars 1991 susvisé.
Les dispositions du présent arrêté sont applicables lorsque le balisage correspondant est en place.

ARTICLE 7
Le présent arrêté abroge et remplace l’arrêté préfectoral n° 144/2015 du 9 juin 2015.

ARTICLE 8
Les infractions au présent arrêté exposent leurs auteurs aux poursuites et aux peines prévues par les articles 131-13 et R. 610-5 du code pénal, par l’article L. 5242-2 du code des transports, ainsi que par les articles 6 et 7 du décret n° 2007-1167 du 2 août 2007 susvisés.

ARTICLE 9
Le directeur départemental des territoires et de la mer des Alpes-Maritimes, les officiers et agents habilités en matière de police de la navigation sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent arrêté qui sera publié au recueil des actes administratifs de la préfecture des Alpes-Maritimes.

Le préfet maritime de la Méditerranée et par délégation,
le commissaire général Hervé Parlange
adjoint au préfet maritime,
chargé de l’action de l’Etat en mer,

 

Signé ; Hervé Parlange

———————————————————————————-

ANNEXE I à l’arrêté préfectoral n° 073/2016 du 29 avril 2016
et à l’arrêté municipal n° 6314 du 11 avril 2013

plan-rade-arrete

———————————————————————————-

ANNEXE II à l’arrêté préfectoral n° 073/2016 du 29 avril 2016
et à l’arrêté municipal n° 6314 du 11 avril 2013

annexe-2

———————————————————————————-

DESTINATAIRES :
– M. le préfet des Alpes-Maritimes (pour insertion au R.A.A.)
– M. le maire de Villefranche-sur-Mer
– DDTM/DML 06.
COPIES :
– PREMAR MED/AEM/PADEM/RM
– Archives.

nunc fringilla tempus vel, et, Aenean dapibus at risus. commodo